Boutique Nous soutenir

Publication

Publié le mardi 12 juillet 2022

Œuvre d'août

Souvent décrit comme un pionnier dans le domaine du journalisme photographique, Andrew Pitcairn-Knowles figure parmi ces photographes qui guettent et dévoilent la poésie du quotidien. Un quotidien joyeux de l’époque édouardienne où le temps libre vient de faire son apparition.

Né en 1871 à Rotterdam, Andrew Pitcairn-Knowles grandit à Weisbaden, en Allemagne. Il effectue un bref passage au Royal Military College Sandhurst, étudie la photochimie à Fribourg et Vienne, et s’installe ensuite à Berlin. Après avoir quitté l'Allemagne, il passe un moment à Jersey comme cultivateur, s’installe ensuite à Paris et enfin à Bruxelles. C'est à cette époque qu'il commence ses expéditions photographiques en tant que photojournaliste. Ses photographies sont publiées dans les nouveaux magazines illustrés de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle dont le World Wide Magazine, un magazine de voyage amenant un peu d’exotisme au public britannique, le Die Woche (La Semaine), un hebdomadaire familial allemand, et le magazine littéraire français Lectures Pour Tous.

Passionné de sport – il fonde d’ailleurs de nombreux clubs sportifs – Pitcairn-Knowles en fait un de ses sujets de prédilection et publie ses travaux dans des magazines spécialisés avant de lancer sa propre revue Sport om Bild (Sports illustrés) en 1895. Toutefois, le sport devient également un prétexte pour photographier les « à côtés », pour ce qu’il donne à voir (pour qui sait y prêter le regard) en dehors de la piste.

Qu’il s’agisse du sport ou d’autres loisirs (par exemple la station balnéaire d’Ostende) mais aussi les coutumes de l’époque (les festivités, carnavals et marchés), Pitcairn-Knowles photographie toutes les classes de la société avec la même attention. Portant un grand intérêt au détail, au « bon timing » mais aussi à la recherche de compositions géométriques, le photographe offre un témoignage précieux d’une époque. Il accorde une place importante à l’homme et aux gestes du quotidien comme nous le montre cette œuvre du mois. Le photographe immortalise ce moment partagé entre un père et sa fille. Concentrés sur la maitrise du geste avec le diabolo, les deux protagonistes en oublient la présence de Pitcairn-Knowles, qui nous propose un portrait au parfum estival propice aux rêveries saisonnières.

Choisie pour la beauté de l’image, cette œuvre du mois est un tirage moderne issu de la collection de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les uniques tirages d’époque de Pitcairn-Knowles (mais également ses nombreuses archives) sont conservés dans la prestigieuse collection du Victoria and Albert Museum à Londres.

Partager sur
photo article

Andrew Pitcairn-Knowles, Diabolo - Learning from Papa, [Ostende]. Épreuve à la gélatine argentique, tirage moderne. Coll. Communauté française de Belgique, dépôt au Musée de la Photographie 13.489. © Droits réservés